Armoise et médecine chinoise

La médecine chinoise comporte cinq disciplines : l’acupuncture et moxibustion 针灸 (zhenjiu), la pharmacopée, les massages tuina, la diététique et les exercices énergétiques (taijiquan et qigong). Au Karolinska Institutet à Stockholm, le 7 décembre 2015, le prix Nobel de médecine a été remis à la pharmacologue chinoise Tu Youyou qui a mis à l’honneur la médecine traditionnelle chinoise et les Classiques médicaux dont elle s'est inspirée, en particulier le Zhou Hou Bei Ji Fang, le « Manuel de Prescriptions des Urgences » écrit par Ge Hong (284-346). C’est le développement pharmaceutique de la substance antipaludique l’artémisinine, extraite de l’armoise annuelle (artemisia annua L.) qui est surtout  célébré par le Nobel [1,2]. Surplombant en contrebas un immeuble rouge en forme de pagode dans le Yunnan au sud-ouest de la Chine, la grande plante herbacée aux tiges élancées de couleur rouge-violacée est l’artemisia vulgaris, une autre armoise utilisée dans la moxibustion, tout comme l’artemisia absinthum de la même famille des Astéracées le sera dans la fabrication de l’absinthe, Muse au yeux verts des poètes comme Rimbaud, Baudelaire, Verlaine et tant d’autres artistes. Ce numéro sera l’occasion de parler de la pharmacopée chinoise dont Marc Fréard étudie deux formules banxia xiexin tang et zhishi xiaopi wan au travers des Classiques comme le Shanghanlun, le Jingui yaolüe fanglun et le Lanshi micang. Je vous laisse aussi découvrir que malgré ses bienfaits thérapeutiques démontrés par IRMf, la moxibustion peut être source d’effets indésirables pour chaque praticien. Découvrez aussi l’intérêt de l’électroacupuncure dans l’anxiété, la constipation chronique et surtout dans les céphalées primaires par l’article de physiopathologie acupunturale d’Olivier Cuignet. Grande première, l’analyse épigénétique réalisée par Ariane Giacobino, Marc Petitpierre et Hong Guang Dong montre que l’une des actions de l’acupuncture pourrait être une régulation de l’activité des gènes, entraînant ainsi dans le cas particulier du stress une augmentation de la production du BDNF (Brain Derived Neurotrophic factor). Fabienne Taugwalder observe que l’acupuncture doit jouer un rôle de premier plan dans la préparation à la naissance des femmes désirant accoucher par voie basse après un premier accouchement par césarienne. Découvrez aussi les études traditionnelles  de médecine chinoise de Robert Hawawini, Henning Strom, Henri Truong Tan Trungsr sans oublier le reportage de Patrick Sautreuil sur la relation entre mathématiques et médecine chinoise.

 

Accouchement à Angkor Thom au 12e siècle

Les galeries du « Bayon » sont ornées de sculptures qui décrivent la vie des Khmers ainsi que de nombreuses scènes de guerre. Temple central de l'ancienne ville d'Angkor Thom au Cambodge, capitale des souverains Khmers au début du XIIIe siècle, le « Bayon » est le dernier des « temples-montagnes » du site d'Angkor, bâti par Jayavarman VII (règne de 1181 à 1220), restaurateur de la puissance du royaume. Sa décoration est d'une exceptionnelle richesse, à l'apogée de l'art bouddhique mahāyāna. Sa structure compte cinquante-quatre tours ornées de deux-cent-seize visages monumentaux du Bodhisattva Avalokiteshvara qui expriment par un sourire distant, énigmatique à la fois la puissance, l’autorité et la bienveillance. Sous le règne de Jayavarman VIII, vers 1350, le temple fut ensuite converti à l'hindouisme.

Aidée par une matrone, une femme est ici en train d’accoucher. Ce bas-relief de la galerie extérieure sud, côté est du « Bayon » montre une scène bien connue d’accouchement à la khmer, une scène triviale de la vie courante qui tranche de celles de la vie spirituelle exprimée par toutes les nombreuses Apsaras, nymphes célestes d'une grande beauté, sorties de la littérature védique du Rig-Véda, mais aussi du Mahabharata, et qui ornent tant de murs d’Angkor Thom et d’Angkor Vat, le plus grand temple d’Angkor au Cambodge.

La médicalisation de l’accouchement que nous connaissons de nos jours l’est depuis les années 1930, suite à une baisse significative du nombre d'accouchements à la maison, de la concurrence des médecins dans le domaine de la grossesse et de l'augmentation du nombre de services d'obstétrique. La fin de l'accouchement à domicile avait commencé à cette époque en rapport avec la médicalisation de l’enfantement, et, la maternité comme un passage obligé [[1]]. Et si le renouveau de la sage-femme, comme profession indépendante et responsable de structure autonome dirigée par elles-mêmes, telles les Maisons de Naissance qui sont en expérimentation depuis 2013 [[2]], passait aussi par leur activité et savoir-faire en acupuncture. Lisez pour vous en convaincre l’article d’Amélie Gallet et Laura Levallois qui objectivent que l’acupuncture paraît être une bonne alternative dans l’induction du travail lors de la rupture prématurée des membranes à terme. Cela semble de ce fait, soutenir le processus naturel de l’accouchement, processus que l’on souhaite mettre en valeur dans ces Maisons afin d’éviter la surmédicalisation de la grossesse.

 

Acupuncture