Meridiens.org

Accueil du site > Publications > Dr Hawawini > Rien ne ressemble plus au soufisme que le taoïsme

Rien ne ressemble plus au soufisme que le taoïsme

samedi 27 avril 2013, par Dr Robert Hawawini


Soufisme et taoïsme sont en apparence différents, comme sont franchement différentes les cultures dans lesquelles ils sont nés. Cependant, ces deux courants spirituels se rejoignent dans leur qualification de la connaissance ésotérique intérieure et l’accession à la non-dualité de la conscience spirituelle. À travers quelques mots de la langue arabe, nous constaterons que les préoccupations spirituelles des hommes se ressemblent à travers les âges et les lieux géographiques où ces préoccupations sont nées.



Introduction

Le chemin spirituel peut se comparer à un cercle où tous les rayons convergent vers le centre. Il est l’aboutissement complet de la transformation (hua) de la conscience (shen), de sa condition duelle, en l’occurrence pour le monde Chinois, le yin-yang, en non duelle, absolue, l’Unité suprême (taiyi). C’est la finalité même de l’alchimie interne (neidan). La conscience en cours de transformation est l’Esprit organique (zangshen) duel et incarné, et son aboutissement, l’Esprit originel (yuanshen) non duel ou unitaire et non incarné. L’homme naviguant à la périphérie du cercle est extérieur, apparent ; il perçoit le monde à partir de ses représentations mentales, intellectuelles et émotionnelles, conscientes. Ces représentations sont forcément teintées par les valeurs de sa civilisation, sa culture et sa langue. La périphérie du cercle nous ramène donc sur la multiplicité de la réalité du monde, où chacun le comprend avec le prisme sensoriel étroit par lequel il perçoit l’extérieur. Dans ce prisme, se construisent les vérités et les dogmes inamovibles, fondant les jugements vis-à-vis de tout ce qui est différent, formant les égos, organisant l’intolérance et le mépris. Ils aboutissent forcément à la violence et la destruction de tout ce qui n’est pas conforme au soi construit sur l’apparence des formes.

Le centre (zhong) du cercle nous ramène sur l’unité. Elle ne peut être perçue à travers le mental apparent de la pensée (yi) qui, puisqu’incluse dans la dualité, ne peut que diviser. Comme la représentation de la multiplicité extérieure du monde dépend de la civilisation et de la culture dans laquelle elle se construit, l’unité est intérieure, commune à tous les hommes. Elle est le véritable sens du mot ésotérique, la science de l’intérieur qui commence par la connaissance de soi. Elle nous apprend que le seul endroit où l’homme peut faire l’expérience de l’unité, est son propre corps. En dehors de son corps, quand le regard est dirigé vers le monde extérieur, l’homme peut imaginer, comprendre mentalement le sens de l’unité, mais il ne peut ni la voir ni l’expérimenter directement.

Ainsi, plus elles se rapprochent du centre du cercle, plus les civilisations et les cultures disent la même chose, même si elles l’expriment différemment avec leurs propres représentations du monde spirituel et leur propre langage. Il est ainsi pour deus types de courants spirituels qui ont marqué l’humanité : le courant chinois, taoïste et le courant musulman, soufie. Nous allons essayer de le comprendre à travers quelques mots de la langue arabe qui expriment manifestement les mêmes paradigmes spirituels que le taoïsme.

la suite

Documents joints


Pour tout contact, vous pouvez contacter l'administrateur et responsable éditorial du Site, Secrétaire Général de l'ASMAF-EFA : Dr Jean-Marc Stéphan (MD)
Ce site a pour mission d'informer ses visiteurs à propos de l'acupuncture et de la médecine traditionnelle chinoise. Il est financé uniquement par L'ASMAF-EFA, association loi 1901, elle même financée uniquement par ses adhérents. Le Conseil d'administration ne signale aucun conflit d'intérêt en rapport avec d'éventuels sources publicitaires, la publicité n'étant pas admise. Les informations fournies sur ce site sont destinées à la fois aux professionnels de santé et au Grand Public. Néanmoins, l'information diffusée vers le Grand Public est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre patient et médecin.
CONFIDENTIALITE ET DONNEES PERSONNELLES
Aucune donnée personnelle n'est recueillie sur ce site et de ce fait, selon le JORF n°128 du 3 juin 2006, une déclaration au CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté) conformément aux dispositions de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés est inutile. Néanmoins, les utilisateurs du Forum ayant fourni une adresse Email ont un droit de modification et de suppression de celle-ci. Il leur suffit, pour exercer ce droit, d'envoyer un courrier au Dr Jean-Marc Stéphan, Docteur en Médecine : jm.stephan@meridiens.org. Toutefois, aucune adresse courrielle n'est conservée pour traitement ultérieur des informations, ni utilisation par des tiers. Néanmoins, Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici