Meridiens.org

Accueil du site

Meridiens.org

ASMAF-EFA

Association Scientifique des Médecins Acupuncteurs de France et École Française d’Acupuncture

  • Les apnées obstructives du sommeil sont améliorées par acupuncture et électroacupuncture

    17 septembre, par Dr Jean-Marc Stéphan


    L’apnée du sommeil ou syndrome d’apnées–hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), encore dénommé syndrome des apnées obstructives du sommeil (SAOS) est suspectée chez une personne présentant un ronflement important, irrégulier, une somnolence diurne excessive et une fatigue chronique associées parfois à une irritabilité ou un syndrome dépressif. Il s’agit d’un trouble de la ventilation nocturne caractérisé par la survenue anormalement fréquente de pauses respiratoires. Ce syndrome est dû à des épisodes répétés d’obstruction des conduits respiratoires de l’arrière gorge. Il est fréquent et favorisé essentiellement par le surpoids. Il peut s’observer à n’importe quel âge. Avant 60 ans, ils touchent essentiellement les hommes, au delà les femmes sont aussi atteintes. Parmi les hypertendus 22 à 47 % seraient porteurs d’un SAHOS. Une apnée est caractérisée par un arrêt du flux aérien d’une durée supérieure ou égale à dix secondes, la reprise respiratoire coïncidant habituellement avec un éveil très bref ou l’allègement du sommeil. Une forme incomplète, l’hypopnée, se traduit par une diminution du flux respiratoire d’au moins 50 %, associée à une désaturation de l’hémoglobine en oxygène égale ou supérieure à 4%. Sur le plan polysomnographique, un indice d’apnée supérieur à cinq (nombre d’apnées par heure de sommeil) ou un indice d’apnée-hypopnée supérieur à dix (nombre total d’apnées ou d’hypopnées par heure de sommeil) définit le SAHOS. La sévérité du syndrome sera réellement appréciée que par la connaissance simultanée de la désaturation du sang artériel en oxygène et du tableau clinique complet associant état neuro-psychique (hypersomnolence, état dépressif, irritabilité, etc.), hypertension artérielle, coronaropathie. Le diagnostiquer précocement, en raison du danger que court le malade sur le plan cardio-respiratoire, évite aussi les répercussions neuropsychiatriques, sociales et professionnelles. Le traitement classique dépend à la fois de la sévérité du syndrome et de ses causes, quand elles sont identifiables. Les mesures hygiénodiététiques doivent être toujours à l’esprit. Il faut éviter les fatigues excessives, l’alcool et surtout les benzodiazépines. Une réduction de poids est recommandée aux patients obèses, qui en général permet de diminuer le nombre des apnées sans toutefois les faire disparaître totalement. De même, il est conseillé de dormir sur le côté, surtout dans les apnées position dépendantes. Cela peut parfois suffire à améliorer le sommeil des malades. On fait appel à la chirurgie essentiellement quand il y a une modification anatomique de la sphère ORL. La respiration nocturne spontanée en pression positive continue à 5 à 15 cm d’H2O, appliquée par masque nasal constitue actuellement le traitement de choix des SAHOS et permet la disparition complète des apnées et des ronflements. Ce traitement très efficace est aujourd’hui largement utilisé. Il restaure une ventilation normale au cours du sommeil et, par ce biais, supprime les micros éveils nocturnes ainsi que la somnolence diurne excessive. L’acceptation au long cours par le malade de ce dispositif qui nécessite la nuit le port d’un masque nasal relié à un appareil de pression positive continue est d’environ 70 % après 3 ans. Ce traitement est palliatif car l’arrêt de la pression positive entraîne la réapparition des apnées. De ce fait, cette étude vise à déterminer l’efficacité clinique de la thérapie de l’acupuncture dans le traitement du syndrome des apnées obstructives du sommeil. Une recherche systématique de la littérature a été menée dans cinq bases de données, y compris PubMed, EMBASE, CENTRAL, Wanfang et CNKI pour identifier les essais comparatifs randomisés (ECR) sur l’effet de la thérapie de l’acupuncture dans l’apnée obstructive du sommeil. Six ECR portant sur 362 sujets ont été inclus dans cette étude. Par rapport aux groupes témoins, l’acupuncture manuelle (MA) a été plus efficace dans l’amélioration de l’indice d’apnée/hypopnée (IAH), l’indice d’apnée, l’indice d’hypopnée, et la saturation moyenne en O2 (SaO2). L’électroacupuncture (EA) permettait une meilleure amélioration de l’IAH et de l’indice d’apnée en comparaison avec le traitement témoin, mais aucune différence statistiquement significative dans l’indice d’hypopnée et de la SaO2 n’a été trouvée. Une comparaison ente la MA et la respiration par masque à pression nasale positive continue a objectivé que la MA améliore davantage l’IAH ; pas de différence statistiquement significative dans l’amélioration de la SaO2 moyenne. Aucun événement indésirable en rapport à l’acupuncture n’a été documenté. En conclusion, par rapport aux groupes témoins, l’acupuncture manuelle autant que l’EA sont plus efficaces dans l’amélioration de l’IAH et la SaO2 moyenne. En outre, l’acupuncture manuelle pourrait encore améliorer l’indice d’apnée et de l’indice d’hypopnée par rapport au groupe témoin.



  • Endométriose : l’acupuncture comme traitement d’appoint de la douleur

    18 août, par Tuy Nga Brignol


    L’endométriose est une maladie inflammatoire multifactorielle gynécologique œstrogéno-dépendante, pouvant entraîner l’infertilité et une douleur pelvienne. Elle peut également être associée au syndrome du côlon irritable et/ou au syndrome douloureux vésical/cystite. Les thérapies proposées actuellement visent, selon des mécanismes différents, à soulager la douleur par divers traitements pharmacologiques et/ou chirurgicaux. Pour bon nombre de ces interventions, l’action antalgique est insuffisante, ou avec récidives de perception de la douleur, et certaines peuvent présenter des effets secondaires. Afin d’étudier les effets de l’acupuncture sur la douleur liée à l’endométriose, deux auteurs suédois (Département de physiologie et de pharmacologie, Karolinska Institute, Stockholm) ont fait une revue bibliographique en utilisant comme mots-clés "Acupuncture et Endométriose" (PubMed, Web of Science, et CINAHL), afin d’identifier des études cliniques, des rapports de cas ou des études observationnelles publiées en langue anglaise.





Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

|

Pour tout contact, vous pouvez contacter l'administrateur et responsable éditorial du Site, Secrétaire Général de l'ASMAF-EFA : Dr Jean-Marc Stéphan (MD)
Ce site a pour mission d'informer ses visiteurs à propos de l'acupuncture et de la médecine traditionnelle chinoise. Il est financé uniquement par L'ASMAF-EFA, association loi 1901, elle même financée uniquement par ses adhérents. Le Conseil d'administration ne signale aucun conflit d'intérêt en rapport avec d'éventuels sources publicitaires, la publicité n'étant pas admise. Les informations fournies sur ce site sont destinées à la fois aux professionnels de santé et au Grand Public. Néanmoins, l'information diffusée vers le Grand Public est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre patient et médecin.

CONFIDENTIALITE ET DONNEES PERSONNELLES
Aucune donnée personnelle (pas de cookies non plus) n'est recueillie sur ce site et de ce fait, selon le JORF n°128 du 3 juin 2006, une déclaration au CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté) conformément aux dispositions de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés est inutile. Néanmoins, les utilisateurs du Forum ayant fourni une adresse Email ont un droit de modification et de suppression de celle-ci. Il leur suffit, pour exercer ce droit, d'envoyer un courrier au Dr Jean-Marc Stéphan, Docteur en Médecine : jm.stephan@meridiens.org. Toutefois, aucune adresse courrielle n'est conservée pour traitement ultérieur des informations, ni utilisation par des tiers.