Index de l'article

Le médecin de terrain face aux choix thérapeutiques. Rapport bénéfice/risque : application aux lombalgies chroniques communes 

Résumé : La lombalgie chronique commune (LCC) est définie par une douleur habituelle de la région lombaire évoluant depuis plus de trois mois. La prise en charge thérapeutique conventionnelle fait appel au paracétamol et/ou anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), au tramadol, aux antalgiques de niveaux III (opioïdes forts), aux myorelaxants et antidépresseurs tricycliques. Cependant on constate que, selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) française, le niveau de preuve ne dépasse pas le grade B avec des effets indésirables non négligeables. Il est démontré que les médecines à expertise particulière font aussi bien, voire mieux en soulageant la douleur et la fonction des lombalgiques chroniques, sans tous les effets secondaires et à un coût nettement moindre. Il est important que les pouvoirs publics prennent conscience des économies possibles et intègrent davantage ces médecines dans le panel de soins de santé.  Mots-clés : acupuncture – auriculothérapie – phytothérapie – ostéopathie – médecine du sport - lombalgie chronique commune – médecine à expertise particulière (MEP) – mésothérapie –homéopathie.

Summary: Common chronic low back pain (LCC) is defined by a usual pain in the lumbar region evolving for more than three months. The conventional therapeutic management uses paracetamol and / or non-steroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs), tramadol, analgesics  levels III (strong opioids) to muscle relaxants and tricyclic antidepressants. However, we note that, according to the recommendations of the French High Authority for Health (HAS), the level of proof does not exceed the grade B with significant adverse effects. It is shown that the particular expertise in medicines is as good or even better to relieve pain relief and improve function of chronic low back pain without any side effects and at a significantly lower cost. It is important that the authorities are aware of the potential savings and further integrate these medicines in the health care panel. Keywords: acupuncture - auriculotherapy - herbal medicine - osteopathy - sports medicine - common chronic low back pain - special expertise in medicine (MEP) - mesotherapy - homeopathy.

 

La Haute Autorité de Santé (HAS) est chargée d’élaborer les guides de bon usage des soins ou les recommandations de bonne pratique (RBP) qui sont des synthèses rigoureuses de l’état de la pratique de la médecine et des données de la science à un temps donné. La rigueur méthodologique et la transparence du processus d’élaboration des RBP peuvent être évaluées à partir des critères internationaux. Parmi ceux-ci, sont retenus les forces et les limites des données scientifiques, les bénéfices, les effets indésirables et les risques en termes de santé, et bien sûr un lien explicite entre ces recommandations et les données scientifiques sur lesquelles elles se fondent.

Un guide d’analyse de la littérature et gradation des recommandations a été publié par l’Agence nationale pour l’accréditation et l’évaluation en santé (Anaes) en 2000 et repris par la HAS en 2013 [[1]]. Le guide récapitule le grade des recommandations proposées et classées en grade A, B ou C selon les modalités exposées dans le tableau I.

 

Tableau I. Les grades des recommandations.

Grade des recommandations

Niveau de preuve scientifique fourni par la littérature

 

A

 

Preuve scientifique établie

Niveau 1

- Essais comparatifs randomisés de forte puissance 

- Méta-analyse d’essais comparatifs randomisée 

- Analyse de décision fondée sur des études bien menées

 

B

 Présomption scientifique

 Niveau 2

- Essais comparatifs randomisés de faible puissance 

- Etudes comparatives non randomisées bien menées 

- Etudes de cohortes 

 

C

 Faible niveau de preuve scientifique

 

 Niveau 3

-  Etudes cas-témoins

Niveau 4

- Etudes comparatives comportant des biais importants 

- Etudes rétrospectives 

- Série de cas 

- Etudes épidémiologiques descriptives (transversale, longitudinale)