Index de l'article

Interprétation - discussion

Le tonomètre d'aplanation, capteur de pression, s'applique sur la paroi de l'artère radiale et capte cycliquement sa déformation, au cours du passage de l'onde sanguine. Il ne peut nous fournir un signal que lorsque l'artère se trouve comprimée entre d'une part, un plan osseux, rigide, indéformable et d'autre part, le senseur qui lui peut varier dans un plan vertical. Au cours de ce protocole, il convient de préciser que toutes les captures ont été réalisées sur le pouls radial gauche. La force d'application de l'instrumentation exercée sur l'artère, correspondrait à la capture du pouls profond de la sphygmologie chinoise et la zone de capture à la « barrière ». La transposition sphygmologique du pouls radial entre les deux systèmes médicaux, chinois traditionnel et occidental, reste difficile voire hasardeuse. En effet, il existe en sphygmologie chinoise de nombreuses écoles. La relation de cette zone de prélèvement du signal vasculaire, qui possède en Orient un lien  avec un méridien principal, n'est pas unanime (voir tableau I). À cela s'ajoute le fait que certains auteurs font la différence entre l'homme et la femme, alors que d'autres n'en tiennent pas compte [3].

Tableau I.  Différentes correspondances de la zone de capture tonométrique selon les auteurs, pouls radial gauche au niveau de la loge « barrière » (selon Borsarello [3]).

George Soulié de Morant

Foie

   

Écoles Kuong Fou Tzeu

Rate

   

Tchou Chang

Foie chez l'homme et Rate chez la femme

So Ouenn (Su wen)

Diaphragme

   

Li Tche Tchenn

Foie

   

Khi Pa

Maitre du Coeur

 

Tsoei Kia Yen

Foie

   

Quoi qu'il en soit des interprétations sur le rattachement de cette zone à un méridien précis, cette zone reste, du point de vue énergétique, très intéressante car elle représenterait, selon le Suwen, la mutation du yin et du yang. C'est une zone de transition énergétique, facile d'accès du point de vue anatomique et donc instrumental.

Il est difficile de ramener un système d'information tridimensionnel (chinois traditionnel : trois plans de capture et trois zones de prélèvements, sur deux avants bras) à un autre de caractéristique monodimensionnelle et partielle (tonométrie d'aplanation : plan profond de capture, barrière, avant bras gauche). Par conséquent, le message contenu dans la forme du pouls radial doit se transformer pour pouvoir livrer son contenu en fonction du système d'exploration utilisé (pulpe digitale ou tonomètre). C'est la raison pour laquelle l'analyse spectrale a été choisie, car au sein d'un signal unique, elle peut apporter une moisson d'informations. La forme du signal définitif, celui perçu par la pulpe digitale, n'est que la résultante appelée enveloppe,  de la somme d'une multitude de plages de fréquences dotées de puissances variables dans le temps. Il est donc hors de question de comparer une méthodologie à l'autre, afin de vouloir établir un score de validité ou de performance. Par contre, il n'est pas absurde de penser qu'une partie de l'information captée par la pulpe des doigts de l'acupuncteur appliquée sur l'artère radiale, passe par la perception de ces différentes puissances associées aux plages de fréquence retrouvées, de l'ordre de quelques hertz. Ces plages de fréquences basses (2 - 40Hz) sembleraient être en relation avec la physiologie d'organes spécifiques. Comment peut-on relier les variations de puissance trouvées lors de l'analyse du spectre avec un trouble organique ?

Le tonus de la paroi vasculaire est placé sous le contrôle du système nerveux végétatif ortho-sympathique, mobilisé lors d'agression endogène ou exogène. Toute variation du tonus orthosympathique modifie l'état de tension de la paroi vasculaire. Ceci peut se faire de manière locale ou loco-régionale, en fonction de la pathologie. L'onde de pression hydraulique sanguine qui se meut dans ce circuit vasculaire provoque lors de son déplacement des vibrations, du fait du contact et des frictions entre sang et paroi vasculaire. Si l'onde de pression hydraulique trouve son contenant (le vaisseau sanguin) dans un autre état tensionnel que celui rencontré tout au long de son trajet, alors se crée de nouvelles vibrations localement qui s'ajoutent à celles  normalement existantes. Elles sont toutes sont propagées par le flux sanguin. C'est cet ensemble de fréquences qui  sont recueillies lors de l'analyse spectrale du pouls radial. La forme d'onde du pouls radial ne provient donc pas seulement de la force contractile du muscle cardiaque qui propulse l'onde  sanguine qui déforme sur son passage la paroi musculaire élastique vasculaire. À celles-ci s'ajoutent les ondes de rebonds du déplacement sanguin précèdent, générées par les bifurcations artérielles rencontrées, remontant à contre courant. À cet ensemble d'ondes caractérisées chacune par leurs fréquences, s'ajoute maintenant un nouveau groupe d'ondes : ce sont celles que nous venons de décrire, les ondes de rebonds secondaires à l'état tensionnel variable des différentes parois vasculaires, en contact ou voisinage d'organes sains ou pathologiques, dont le tonus est augmenté ou pas par le système orthosympathique. La forme d'onde radiale, avec sa géométrie particulière n'est qu'une résultante de toutes ces sources vibratoires qui ont leur origine dès le début de l'aorte (figure 7) [9,10].

   

Figure 7. L'onde radiale et ses différents composants (onde systolique + onde de réflexion, au cours d'un cycle circulatoire, chez le sujet sain).

La variation de pression ΔPP correspond à l'accroissement de pression artérielle produite par les ondes de rebonds provenant de la résistance artérielle et des bifurcations de l'arbre vasculaire, lors du passage de flot sanguin propulsé par le muscle cardiaque.

C'est l'ensemble de ces phénomènes décrits qui enrichissent la complexité des fréquences du spectre de l'onde vasculaire, le modifiant par de nouvelles énergies associées, sur certaines plages de fréquences. Ceci, en biophysique, s'appelle la modification de l'impédance d'un milieu (ici le milieu sanguin et son réseau hydraulique, l'appareil circulatoire). La spécificité des caractéristiques impédancemétriques du milieu garantit la spécificité du diagnostic énergétique, qu'il soit capté manuellement sur des zones de résonances majeures (sphygmologie chinoise avec ses plans et zones) ou localement sur une zone par l'intermédiaire du spectre (sphygmologie moderne). Ce que nous retenons de cette étude, c'est que toutes deux sont apparemment basées sur le même phénomène énergétique : la résonance. C'est la variation de l'impédance du contenant, le réseau circulatoire, qui permet le diagnostique sphygmologique traditionnel ou instrumental.

Il est très intéressant de voir comment, au fil du temps, l'être humain a enrichi ses sens afin de décoder les messages de la nature. Il y a quelques milliers d'années avec le seul toucher, aujourd'hui avec une instrumentation, la perception du message sanguin se poursuit. Chacune de ces deux méthodologies semblent être vouée à une certaine pérennité car toutes deux, à partir d'une même source, sont à la recherche d'un message très fortement intégré, à caractère holistique et répondant à une cohérence informative centrée sur la notion de résonance du milieu.