Index de l'article

Résultats 

Notre population comporte dix sept personnes adultes. Le signal capté par le senseur est filtré par un programme qui ne retient comme valable que la courbe de pression / temps lorsqu'elle est reproductible au moins dix fois de suite. Ne peuvent être analysées que les courbes enregistrées selon ce critère de  reproductibilité.

Pour l'ensemble de la population, nous observons alors :

  1. a) Pour les sujets sains (n=10) :


- Huit d'entre eux ont une variation homogène pour l'ensemble des puissances associées à chaque fréquence (initiales versus finales) dans le même sens (tendance globale à l'augmentation ou à la diminution des puissances respectives, après le repos). La figure 5 représente cette variation homogène chez quatre patients sains.

Figure 5. La variation homogène des puissances associées à chaque fréquence de 0 à 64 Hz chez sujets sains.

- Deux d'entre eux présentent une inversion de la tendance pour un groupe de fréquence donnée. Il s'agit de celles s'étendant de 7 Hz à 11 Hz ± 10%. Ces deux patients présentaient une infection urinaire, latente le jour du protocole et révélée quelques jours après.

  1. b )pour les sujets malades en rémission de cancer ou en phase évolutive (n=7) :

Pour chacun d'eux, la comparaison entre elles des puissances associées affiche des valeurs assez hétérogènes (voir figure 6). Il existe des plages de fréquence qui montrent des signes différents, contrastant avec l'ensemble des autres valeurs. C'est le cas d'une plage de fréquence étendue, entre 5-15 Hz, marquée par une inversion de signe. L'expérience nous a appris que cette plage de fréquence, issue de l'analyse spectrale du pouls radial, correspond à un phénomène inflammatoire, au sein de l'organisme. Plus elle est étendue et plus nombreux sont les organes impliqués dans ce processus.

Le faible nombre de sujets a cependant permis un pas de plus dans le timide décryptage de la relation fréquence / organe puisque la plage 24-28Hz serait en relation avec les voies urinaires et 30-32 plutôt avec l'utérus.

En conclusion, après analyse spectrale de la forme du pouls radial, nous pouvons dire qu'il semble exister une relation plage de fréquence versus processus physiopathologique ainsi qu'une autre liant plage de fréquence avec organe.

 
 

 

Figure 6. La variation hétérogène des puissances associées à chaque fréquence de 0 à 64 Hz chez trois sujets malades.