Atlas d’acupuncture

       FOCKS Claudia et collectif, traduit par Sylviane Burner

       Issy-les-Moulineaux : Elsevier  Masson. 2009.

      744 pages ; 24 x 29,7. Cartonné, fig. tableaux, illustrations, dessins, photos, index ; bibliographie, 115€

      ISBN: 978-2-8101-0093-4

 

 

      Voici enfin le Livre à mettre entre toutes les mains, la Bible de tout acupuncteur, qu’il soit novice ou confirmé, un atlas didactique et exhaustif !

     En introduction, cet ouvrage fait une brève présentation du système des méridiens principaux et secondaires et de la circulation du qi, puis des différentes méthodes de localisation des points en fonction de la mesure du cun et aussi des repères anatomiques. Puis les auteurs vont détailler chaque point d’acupuncture et guider le lecteur sur la façon de le localiser et de l’utiliser.

 Prenons par exemple l’E40 (fenlong). Les auteurs le nomment « grosse bosse » et le localisent au milieu de la ligne E35 et E41, à 8 cun du bord supérieur de la patella, à deux travers de doigt en dehors de la crête tibiale antérieure ou 1 travers de doigt en dehors de E38 (le travers de doigt étant mesuré avec le majeur). Ils décrivent une autre façon de le trouver, en le localisant à 8 cun par rapport au sommet de la malléole latérale et à un travers de doigt de E38.

 

L' ÉTERNITÉ N’EST PAS DE TROP

François Cheng

Paris : Livre de Poche

2003, 254 pages ; format 11cm x 18 cm

Prix : 6 €

ISBN : 978-2-253-15458-7

Pierre Dinouart-Jatteau nous avait déjà incités à lire « Le dialogue » de François Cheng, merveilleux petit livre poétique [ [1] ]. Ce livre du même auteur, tout aussi lyrique se déroule au XVIIème à la fin de la dynastie Ming. Récit d’une passion impossible entre Lan-ying, première femme du Seigneur Zhao et d’un moine taoïste Dao-sheng, médecin dans un monastère de haute montagne, ce roman décrit les affres de l’amour qui défit le passage du Temps.

 

 

Manuel de posturologie : approche clinique et traitements des pathologies rachidiennes et céphaliques (2è édition)

Georges Willem
Paris : éditions Frison-Roche, 2004, 243 pages : ill. N&B, tableaux, photos ; 20 x 26 ; Bibliographie. 76 €

ISBN : 2-87671-445-0

 

 

Si l’article de George Willem paru dans ce numéro vous a laissé sur votre faim, alors n’hésitez pas, lisez son livre qui reprend en détaillant le diagnostic et le traitement des pathologies liées au déséquilibre du système postural. Ce manuel, dont on peut regretter le prix élevé, analyse le concept de la posture, son mode de fonctionnement et les différentes pathologies générées par tout trouble de l’ensemble cybernétique humain. Il vous apporte des solutions curatives mais aussi préventives des affections engendrées par le déséquilibre postural. Et peut-être sera-t-il à l’origine de vocations ?

 

 

Palpation subtile des points d’acupuncture 
Georges Willem

Paris : éditions Frison-Roche, 2005, 130 pages : ill. N&B, tableaux, photos ; 20 x 26 ; Bibliographie. 55 €

ISBN : 2-87671-469-8

 

 

Georges Willem nous fait découvrir sa méthode de travail fondée sur ce qu'il appelle la palpation subtile des points d'acupuncture, ou encore palpation proprioceptive. Ce n'est pas une méthode basée sur les cinq éléments et leur correspondance, ni sur les huit règles de diagnostic et de traitement, ni sur la sphygmologie ; encore moins une méthode d'acupuncture à base de recettes ; d'acupuncture occidentalisée par les essais cliniques randomisés ou la neurophysiologie de métamérisation ; pas plus une acupuncture micro-système auriculaire dont les points se détectent par des détecteurs différentiels de résistance. Non, sa méthode va à l'essentiel, appréhender le qi, " palper le non-structuré et structurer l'impalpable ". Vous apprendrez ainsi à reconnaître les sensations perçues au niveau des points clés des Merveilleux Vaisseaux, des points shu antiques, des points shu du dos, des points mo, des points luo de groupe, et tant d'autres points essentiels à la pratique de l'acupuncture.

 

Dictionnaire de Médecine Chinoise à l'usage des profanes curieux

VOUILLOZ Michel

Paris : Editions You-Feng, 2008.

-191 pages ; 14 x 21 ; bibliographie, Broché

ISBN: 978-2-84279-330-2 : 20€

 Le Dr Michel Vouilloz est enseignant à l'Association Genevoise des Médecins Acupuncteurs (AGMA), spécialiste en médecine interne et en santé publique et exerce à Martigny dans le Valay, en Suisse.

 

 

 

 Ce dictionnaire de médecine chinoise à l'usage des profanes curieux est en fait un petit glossaire qui essaie de sensibiliser le lecteur à cette médecine plurimillénaire. Il peut se lire d'une seule traite ou par utilisation de l'index alphabétique. Michel Vouilloz fait un judicieux mélange des données issues du corpus traditionnel chinois avec celles issues de la littérature médicale scientifique. Ainsi, au fil des pages, pourra-t-on découvrir ce que sont les classiques de la médecine chinoise,  le pinyin, les rouleaux de soie de Maiwangdui, Fuxi etc. On découvrira aussi comment l'imagerie cérébrale par IRM fonctionnelle (IRMf) ou émissions de positrons (PET), les essais contrôlés randomisés (ECR) ou les indications de l'acupuncture émis par les experts de l'OMS ont permis à la médecine scientifique occidentale de s'intéresser davantage à l'acupuncture.

Needles, herbs, Gods, and Ghosts. China, Healing, and the West to 1848
Linda L.Barnes

Cambridge, Massachusetts 

London, England : éditions Harvard University Press, 2005, 458 pages ; Illustrations N&B, 16 x 23,5 ; 31,95£ ; 49,95$ ; 42,50€

ISBN : 2-226-11649-4

Linda L. Barnes est maître de conférences en Pédiatrie et Médecine de famille à la Faculté de Médecine de Boston (USA) et Professeur Associé en Médecine Sociale à l’Havard Medical School à Boston.

Les relations entre la Chine et l’Occident ne se limitent pas aux échanges commerciaux et culturels de Marco Polo (1254-1323) et de son père Niccolò. Willem van Ruysbroeck (1215-1270) à la cour de Möngke Khan à Karakorum relate dans son journal les pratiques de l’alchimie chinoise, particulièrement des élixirs de longévité qui permettaient d’acquérir l’immortalité. Roger Bacon (1214-1294), médecin et alchimiste s’en inspira. Bien avant eux, au second siècle avant JC, les romains suivirent la Route de la Soie jusqu’à la Chine du Nord. Plus tard, la dynastie Tang (618-907) commerça avec l’Italie. Puis vint l’époque Ming (1368-1644) et l’établissement des missions Jésuites, Dominicaines et Franciscaines dont le missionnaire le plus célèbre est sans nul doute le jésuite Matteo Ricci (1552-1610). Suivit le jésuite Michael Boym (1612-1659) qui s’intéressa à la flore chinoise (1656) puis à la sphygmologie. Le premier écrit d’acupuncture fut le fait d’un chirurgien hollandais de la Dutch East India Company, Dane Jakob de Bondt (1592-1631).

 

LE SILENCE DE L'AIGUILLE

Michel Vinogradoff

Paris : Springer-Verlag France. Collection : Médecines d'Asie : Savoirs et Pratiques, 2008.

-227 pages ; 15,5 x 23,5 ; bibliographie, 45€

ISBN: 978-2-287-79506-0

 

Si l'univers ésotérique du Yijing vous semble abscons, alors inutile d'aller plus loin. Par contre, si vous êtes familiarisés avec les soixante-quatre hexagrammes dont Jean Choain considéraient qu'ils « seraient ainsi les symboles auxquels obéit le mouvement de l'univers » [1], alors l'ouvrage de Michel Vinogradoff est pour vous. Vous comprendrez aisément que la thérapie au cours de la consultation d'acupuncture est régie par la notion de cadre, lui même référence au nombre quatre, quatre directions, quatre aspects (si xiang). Dans la relation thérapeutique, l'acupuncteur est debout entre Ciel et Terre, symbolisé par l'axe Sud-Nord, représenté par les 1er et 2e hexagrammes qian et kun et l'axe vertical qui les relie. Quant à lui, le patient, couché est symbolisé par l'axe Est-Ouest (63e et 64e hexagramme jiji et weiqi) et l'axe horizontal qui les relie.

 

 

L’acupuncture revisitée. Tome I

François Beyens

Oxford : éditions Trafford, 2006, 225 pages : ill. N&B, tableaux, photos ; 19 x 26,5 ; 27 €

ISBN : 1-4120-8216-1

 

 

 

 

François Beyens

Membre fondateur de l'Association Belge des Médecins Acupuncteurs (ABMA). Moniteur des cours pendant 10 ans. Enseignant principal pendant 16 ans.

Successivement Vice-président et Président de l’ABMA.

Membre fondateur et Secrétaire Général de l'International Council for Medical Acupuncture and Related Techniques (ICMART), une association qui regroupe plus de 80 associations d'acupuncture médicale, et représente plus de 35,000 médecins acupuncteurs.

 

Le bouddhisme et la médecine traditionnelle de l'Inde

Sylvain MAZARS

Paris : Springer-Verlag France. Collection : Médecines d'Asie : Savoirs et Pratiques, 2008.

-152 pages ; 15,5 x 23,5 ; bibliographie, 45€

ISBN: 978-2-287-74544-7

 

La médecine traditionnelle de l'Inde, désignée sous le nom d'Ayurveda ou « savoir sur la longévité » est l'un des plus anciens systèmes médicaux du monde. L'Ayurveda est codifié dans l'Atharvaveda, datant du XIVe-XVe siècle avant notre ère, qui comprend cent quatorze hymnes spécifiquement consacrés à la description des maladies [ [1] ]. D'origine divine, car savoir révélé par Brahma sous forme de 100 000 vers, transmis à Prajapati (être céleste créé par l'esprit de Brahma), puis aux jumeaux cavaliers Ashwin et enfin Indra, l'Ayurveda est organisé en huit chapitres classifiant les maladies selon la façon de les soigner (chirurgie, art de préparer les médicaments, incantations et prières..) ou s'intéressant à un organe (ORL et ophtalmologie, maladies des organes génitaux), ou s'intéressant aux maladies de l'enfance, aux maladies internes, aux intoxications par des minéraux, végétaux ou animaux. Les quatre Saintes Vérités énoncées dans le « sermon de Bénarès » sont la base véritable de la doctrine bouddhique et concernent la notion de douleur, dont il faut s'affranchir. Mazars note : « L'abolition de la douleur est également une des raisons d'être du médecin ». La première Vérité  : toute existence est douleur, mais la vie offre non seulement des souffrances, mais aussi des joies. Ce qui la rend intolérable, c'est l'impermanence des choses. La seconde vérité recherche l'origine de la douleur : le plaisir, le désir et les passions sont sources de cette souffrance. La troisième vérité : la suppression de la douleur passe par l'extinction du désir. L'octuple chemin est la quatrième vérité qui conduit à l'arrêt de la douleur et permet d'échapper au samsâra, le cycle infini de naissances et renaissances successives des êtres vivants conditionnés par leur karma.

 

SRAS…RAS ?

Pneumopathie atypique : histoire d’un mal entendu

Docteur  Michel Angles

Paris : Lettres du Monde

2003, 204 pages, Format : 14,5 x 22,5

Prix : 23 €

ISBN : 2-7301-0175-6 

Michel Angles est docteur en médecine, lauréat de la faculté de médecine de Montpellier. Il a suivi de plus un cursus universitaire de trois ans à la Faculté de Médecine Traditionnelle Chinoise et de Phytothérapie de Pékin. Depuis 18 ans, il partage son temps entre la Chine et la France.

 

Par un jeu de mot sur le titre de son livre, Michel Angles nous invite à réfléchir sur la psychose engendrée par la pneumopathie atypique, encore appelée syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le 10 juillet 2003, l'OMS donnait les derniers chiffres : 812 décès parmi les 8438 personnes atteintes. Relativisons, suggère Michel Angles car au delà de ces chiffres, il faut voir les 250 000 à 500 000 morts sur les 3 à 5 millions de personnes atteintes de grippe maligne chaque année dans le monde, les 278 000 décès par an des suites d'un cancer en France, les 30 000 décès français par infarctus et par an etc.. Pourquoi une telle panique est née au sein de la communauté internationale ? Michel Angles a une théorie qu'il veut nous faire partager. Voici quelques pistes :

 

Auriculothérapie. Acupuncture auriculaire

Yves Rouxeville, Yunsan Meas et Jean Bossy

Paris : Springer-Verlag France

2007, 325 pages : ill. N&B, tableaux, photos ; 15,5 x 23,5 ; bibliographie. 50 €

ISBN : 978-2-287-46613-7

 

En paraphrasant le titre français du film de Woody Allen, cet ouvrage collégial aurait pu s'appeler « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Auriculothérapie... sans jamais oser le demander ». Effectivement, les auteurs ont synthétisé dans un livre de 325 pages les données historiques, scientifiques, médicales, sociologiques sans oublier la pratique clinique de l'acupuncture auriculaire. Le rôle de Paul Nogier est bien sûr mis en exergue. L'auriculothérapie est enseignée à l'Université de Paris XIII, à la Faculté de Médecine de Nantes, mais aussi bénéficie des journées de perfectionnement au sein du GLEM (Groupe Lyonnais d'Etudes Médicales).

L'anatomie, l'embryologie, l'innervation, la topographie des différents points auriculaires sont très bien décrits, de même les différents appareils de diagnostic manuel (palpeur à pression) ou électrique.

Le chapitre de l'auriculo-médecine est aussi bien développé, faisant intervenir le RAC (réflexe auriculo-cardiaque) ou VAS (vascular autonomic signal). Le phénomène est bien décrit ainsi que l'intérêt des stimulations lumineuses colorées. De même, on retrouve l'explication des fameuses fréquences de Nogier (A à 2,28Hz, B à 4,56Hz etc..) utilisées dans l'appareil Agistim Duo® de la société Sédatelec. On s'aperçoit ainsi que malheureusement les données scientifiques concernant tout ce chapitre de l'auriculo-médecine sont sujettes à controverse. Aucune étude citée ne semble suffisamment rigoureuse pour clarifier et déterminer la sensation du RAC. D'autres recherches et essais cliniques randomisés semblent nécessaires et indispensables. Yves Rouxeville note d'ailleurs que le RAC n'a pas été décrit par les Chinois. On s'aperçoit aussi que les fréquences de Nogier ne reposent que sur ses propres travaux. Par contre, un travail sur l'effet d'un filtre coloré a fait l'objet d'une publication dans « The Journal of Alternative and Complementary Medicine » (voir encadré). Mais c'est encore du domaine de la recherche et du spéculatif.

 

Impératrice

Shan Sa

Paris : Albin Michel

2003, 440 pages, Format : 14,5 x 22,5

Prix : 22 €

ISBN : 2-226-14183-9

 

Shan Sa est née dans une Chine détruite sous la révolution culturelle. A 17 ans, elle quitte Pékin pour Paris et devient, 10 ans plus tard un auteur de langue française reconnu. 

 

« Je m’allongeai sur le ventre. Deux mains charnues commencèrent à appuyer lentement sur les points d’acupuncture de ma nuque. Elles glissaient  dans mes cheveux et frottaient  mon crâne fatigué par le port de la perruque et des épingles d’or ». Voici le seul passage de ce livre qui fait référence à l’acupuncture. Mais qu’importe, car cet ouvrage est davantage un livre poétique qui raconte l’histoire romancée et mélancolique de la vie d’une femme de la naissance à la mort survenue à 81 ans. Elle est devenue l’Empereur-Sacré-Qui-Fait-Tourner-la-Roue-d’Or. Son nom fut outragé, son histoire déformée et sa mémoire effacée par les hommes qui se sont vengés d’une femme qui avait osé devenir Empereur. Qui est-elle ?