Palpation subtile des points d’acupuncture 
Georges Willem

Paris : éditions Frison-Roche, 2005, 130 pages : ill. N&B, tableaux, photos ; 20 x 26 ; Bibliographie. 55 €

ISBN : 2-87671-469-8

 

 

Georges Willem nous fait découvrir sa méthode de travail fondée sur ce qu'il appelle la palpation subtile des points d'acupuncture, ou encore palpation proprioceptive. Ce n'est pas une méthode basée sur les cinq éléments et leur correspondance, ni sur les huit règles de diagnostic et de traitement, ni sur la sphygmologie ; encore moins une méthode d'acupuncture à base de recettes ; d'acupuncture occidentalisée par les essais cliniques randomisés ou la neurophysiologie de métamérisation ; pas plus une acupuncture micro-système auriculaire dont les points se détectent par des détecteurs différentiels de résistance. Non, sa méthode va à l'essentiel, appréhender le qi, " palper le non-structuré et structurer l'impalpable ". Vous apprendrez ainsi à reconnaître les sensations perçues au niveau des points clés des Merveilleux Vaisseaux, des points shu antiques, des points shu du dos, des points mo, des points luo de groupe, et tant d'autres points essentiels à la pratique de l'acupuncture.

 

Chercher les dysfonctionnements pathologiques, les points atones, les points dont le mouvement alternatif de surface ou le mouvement rotatif de profondeur s'atténue ou disparaît, puis les harmoniser dans le respect de la tradition, les " régler ". Georges Willem ne vous propose pas une technique de diagnostic facile, car elle demande rigueur méthodologique, concentration et temps. Elle complètera harmonieusement la sphygmologie et les huit règles de diagnostic. Elle offre la possibilité de pratiquer une acupuncture préventive, une acupuncture pédiatrique. Elle permettra aussi une thérapeutique du système végétatif et s'intégrera facilement dans le cadre spécifique de la posturologie. Le seul problème de cette méthode est peut-être la fiabilité, voire la reproductibilité des résultats et surtout l'exigence que réclament son apprentissage et sa maîtrise, mais pas plus difficile que de détecter un pouls hua (glissant) ou xian (tendu).