Auriculothérapie. Acupuncture auriculaire

Yves Rouxeville, Yunsan Meas et Jean Bossy

Paris : Springer-Verlag France

2007, 325 pages : ill. N&B, tableaux, photos ; 15,5 x 23,5 ; bibliographie. 50 €

ISBN : 978-2-287-46613-7

 

En paraphrasant le titre français du film de Woody Allen, cet ouvrage collégial aurait pu s'appeler « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Auriculothérapie... sans jamais oser le demander ». Effectivement, les auteurs ont synthétisé dans un livre de 325 pages les données historiques, scientifiques, médicales, sociologiques sans oublier la pratique clinique de l'acupuncture auriculaire. Le rôle de Paul Nogier est bien sûr mis en exergue. L'auriculothérapie est enseignée à l'Université de Paris XIII, à la Faculté de Médecine de Nantes, mais aussi bénéficie des journées de perfectionnement au sein du GLEM (Groupe Lyonnais d'Etudes Médicales).

L'anatomie, l'embryologie, l'innervation, la topographie des différents points auriculaires sont très bien décrits, de même les différents appareils de diagnostic manuel (palpeur à pression) ou électrique.

Le chapitre de l'auriculo-médecine est aussi bien développé, faisant intervenir le RAC (réflexe auriculo-cardiaque) ou VAS (vascular autonomic signal). Le phénomène est bien décrit ainsi que l'intérêt des stimulations lumineuses colorées. De même, on retrouve l'explication des fameuses fréquences de Nogier (A à 2,28Hz, B à 4,56Hz etc..) utilisées dans l'appareil Agistim Duo® de la société Sédatelec. On s'aperçoit ainsi que malheureusement les données scientifiques concernant tout ce chapitre de l'auriculo-médecine sont sujettes à controverse. Aucune étude citée ne semble suffisamment rigoureuse pour clarifier et déterminer la sensation du RAC. D'autres recherches et essais cliniques randomisés semblent nécessaires et indispensables. Yves Rouxeville note d'ailleurs que le RAC n'a pas été décrit par les Chinois. On s'aperçoit aussi que les fréquences de Nogier ne reposent que sur ses propres travaux. Par contre, un travail sur l'effet d'un filtre coloré a fait l'objet d'une publication dans « The Journal of Alternative and Complementary Medicine » (voir encadré). Mais c'est encore du domaine de la recherche et du spéculatif.

 

 

On peut aussi regretter que les données concernant les particularités anatomo-histologiques, mais aussi électriques du point d'acupuncture et à fortiori du point d'auriculothérapie soient obsolètes. La théorie la plus couramment admise à l'heure actuelle est que le point d'acupuncture en tant qu'entité anatomique et biophysique bien définie avec un complexe neurovasculaire et disque dermo-épidermique (point de Sénelar) n'existe pas, comme on l'admettait dans les années 1970-1980. En 2008, l'évolution des données montre que le point d'acupuncture n'est que la structure conjonctive sous-jacente entraînant un signal de mécanotransduction. Il suffit de relire tous les articles parus sur le sujet pour s'en convaincre [ [1] , [2] , [3] , [4] , [5] , [6] ].

Le chapitre sociologique consacré à l'auriculothérapie en Chine laisse rêveur. Les soins réalisés en MTC représentent 2 à 4% des soins pratiqués en Chine dont 0,1 à 0,3% des soins par auriculothérapie. Cela représente à l'échelle de la Chine entre 26 millions et  52 millions d'habitants se soignant par MTC.

Les syndromes douloureux posturaux traités par auriculothérapie ont fait l'objet d'un chapitre documenté d'une observation clinique. D'ailleurs, une partie importante du livre est consacré aux cas cliniques et à leurs schémas thérapeutiques. 

En conclusion, cet ouvrage didactique et de synthèse est à conseiller à tous ceux qui veulent aborder l'auriculothérapie. Toutes les notions essentielles à connaître sont présentes. On peut juste regretter qu'une grande cartographie complète des différents points auriculaires ne soit pas disponible, cartographie que l'on afficherait au dessus de la table d'examen. Mais peut être sera-t-elle présente, dès que ce traité sera réédité ?

 

Références

 

[1] . Stéphan JM. A la recherche de la réalité biophysique du point d'acupuncture. Acupuncture & Moxibustion. 2004;3(4):269-274.

[2] . Nguyen J. Le complexe neuro-vasculaire n'est pas la structure du point d'acupuncture. Acupuncture & Moxibustion. 2005;4(4):324.

[3] . Stéphan JM. A la recherche du substratum anatomique du point d'acupunctureAcupuncture & Moxibustion. 2006;5(3):252-261.

[4] . Stéphan JM. Acupuncture, tissu conjonctif et mécanotransductionAcupuncture & Moxibustion. 2006;5(4):362-367.

[5] . Stéphan JM. Acupuncture, récepteurs transmembranaires à tyrosine-kinases, à cytokines et transduction. Acupuncture & Moxibustion. 2007;6(1):79-86.

[6] . Nguyen J. L'obtention du deqi au 6MC n'est pas en relation avec la position de l'aiguille par rapport au nerf médian. Acupuncture & Moxibustion. 2007;6(3):259-263.

 

Effets d'un filtre coloré utilisé en auriculo-médecine sur l'émission extrêmement faible de photons par le corps humain

Contexte : Le corps humain émet des quantités extrêmement faibles de photons. Il a été démontré que la régulation de cette émission au niveau de la main peut être affectée par des filtres colorés dans l'obscurité absolue. Des filtres colorés sont couramment utilisés dans le diagnostic en auriculo-médecine basé sur le VAS (Vascular Autonomic Signal).

Objectif : Évaluer la possibilité de l'effet d'un filtre rouge adapté à l'obscurité sur premièrement l'émission extrêmement faible de photons sur différents endroits du corps ; deuxièmement sur une émission généralisée, en utilisant le filtre à un endroit déterminé et en enregistrant l'émission de photons en un autre endroit.

Protocole : L'émission de photons au niveau de l'abdomen, du front, de la paume et du dos de la main a été enregistrée avant, pendant et après la présence d'un filtre rouge près de la paume mais sans la toucher, filtre et sujet étant tous deux adaptés à une obscurité totale. L'appareillage utilisé permet de mesurer l'ultra-violet et le spectre visible (200-650 nm), et est  spécifique de la détection des photons en chambre noire. Les mesures ont été faites sur les sites indiqués chez un sujet masculin.

Résultats : L'expérience montre qu'un sujet adapté à l'obscurité répond à une absence de lumière par une émission croissante de photons au niveau de chacune des zones ayant été exposées pendant 200s à trois centimètres à un filtre rouge. Le même filtre placé au niveau de la paume accroît l'émission du dos de cette même main et aussi du front. Cette réponse est immédiate et s'arrête dès que le filtre est retiré.

Conclusion : Les résultats suggèrent que la présence d'un filtre rouge stimule l'émission de photons d'une façon systématique et rapide. Cela implique un échange d'informations, de lumière, entre la main et le filtre. Le mécanisme de l'interaction est actuellement du domaine de la spéculation.

Traduction Pierre G. Regard et Patrick Sautreuil  du résumé de l'article :

Van Wijk R, Ackerman JM, van Wijk EP. Effects of a color filter used in auriculomedicine on ultraweak photon emission of the human body. J Altern Complement Med. 2006 Dec;12(10):955-62.