Notre ami Pierre Dinouart-Jatteau a rejoint le Panthéon des Grands de l'Acupuncture. Pierre était rédacteur en Chef de la revue depuis sa création en 2002.

Nous avons tous en mémoire ses articles. Sa connaissance de la langue et de la médecine chinoise était un réel atout pour nous. Malgré la maladie, il continuait encore à traduire les textes de la Who International Standard Terminologies on Traditional Medicine in the Western Pacific Region. Vous pourrez d’ailleurs lire son dernier opus dans ce numéro. Le voici ici au congrès de la FA.FOR.MEC à Lyon en 2005 où avec Philippe Castera, il présentait « Instances psychiques et cinq mouvements selon le Lingshu 8 ». La même année, il participait au débat sur « Entrée ou sortie de Chine ? » qui alimenta pendant quelques numéros les colonnes de notre revue et nous expliqua que la « pulsologie est de la sphygmologie ». Pierre n’est plus mais il est toujours dans nos esprits.

Vous trouverez également dans ce numéro l’hommage de Claude Pernice qui l’a côtoyé durant de nombreuses année ainsi que deux autres rendus à Georges Willem, médecin pédiatre acupuncteur qui nous fit comprendre ce que l’acupuncture pouvait apporter à la posturologie et Marc Piquemal, médecin et ingénieur en électronique, autre grande figure de notre revue qui nous fit découvrir la complexité de la biophysique.

 

Shangri-laA 3500 m d’altitude, située sur un haut plateau de la province du Yunnan, Zhongdian est une des portes d’entrée du Tibet. La ville, rebaptisée « Shangri-La » par le gouvernement chinois, sans doute dans l’intention d’attirer les touristes, est véritablement  un monde à part, le « monde perdu » tel que l’a décrit James Hilton dans son oeuvre « Lost horizon » en 1933 [1]. Si, de plus en plus de voyageurs s’aventurent dans la région, il y en reste néanmoins comme un goût du bout du monde, une atmosphère unique et lointaine en rapport avec la minorité tibétaine locale, qui donne à la région un avant-goût du Tibet. Le monastère Gedan Songzanglin fondé en 1679 (photo) sous le règne du 5e Dalaï Lama, d’après les plans du Potala de Lhassa, est situé juste en dehors de Zhongdian, jugé au-dessus d’un petit village de petites maisons blanches et permet de s’imprégner de l’ambiance tibétaine. Vous lirez de ce fait avec grand intérêt le reportage des membres de l’ASOFORMEC partis à la rencontre des médecins traditionnels du Yunnan.  Un autre reportage de Patrick Sautreuil et Pilar Magarit Bellver, moins exotique, nous montre la vitalité de l’acupuncture espagnole et en particulier sévillane. Plus cliniques sont les articles de Sylvie Bidon sur la prise en charge des conduites addictives, de Pascal Clément sur l’hyperactivité et les troubles de la concentration chez l’enfant, de Reghina Patru et Angela Tudor sur la polyarthrite rhumatoïde, de Robert Hawawini sur le stress et la dépression, d’Annabelle Pelletier-Lambert dans l’accompagnement de l’interruption volontaire de grossesse et de Tuy Nga Brignol évaluant la moxibustion dans la hernie discale lombaire dans un essai contrôlé randomisé à trois bras. Et si on veut s’échapper vers des horizons lointains, n’hésitez pas à lire l’article de Marco Romoli sur l’historique des cartes auriculaires de Paul Nogier à la carte chinoise contemporaine ou l’étude philologique d’Ernesto Nastari-Micheli sur les phrases narratives des Classiques Suwen et Lingshu, sans oublier la traduction de Pierre Dinouart-Jatteau du texte de l’OMS publié en 2007 sur la différenciation des syndromes par les bagang (huit Principes) 八纲辨证bagangbianzheng. En résumé, ce premier numéro de l’année de la Chèvre est encore très éclectique !

 

Siddhārtha Gautama, dit Shākyamuni ou le Bouddha (« l’Éveillé ») qui vécut au VIe ou Ve siècle avant notre ère, est le fondateur historique d'une communauté de moines errants qui donnera naissance au bouddhisme.

Gautama, jeune prince, aurait passé ses vingt-neuf premières années dans le respect de l'hindouisme et tenu à l'abri de la vue de la souffrance et de la mort dans l'enceinte du palais royal de son père Śuddhodana. Et comme tout jeune noble richement vêtu et couvert de bijoux, d'imposantes bouches d'oreilles alourdissaient les lobes de ses oreilles. Le jour où il découvrit la souffrance endémique de son peuple, en une grande renonciation (abhiniskramana), il rejetta titre, palais et tous les biens de sa vie aristocratique. Néanmoins, les lobes de ses oreilles restèrent déformés. Naturellement, l'exégèse bouddhiste en fit une caractéristique dite mineure, à côté des trente-deux propres à tous les bouddhas omniscients et confère à ses grandes oreilles une capacité d'écoute de l'Univers.

Oreille que l’auriculothérapie considère aussi comme le lieu privilégié de l’écoute des signaux envoyés par notre organisme en réponse à la rupture de son homéostasie. Pour vous en convaincre, découvrez le reportage de Patrick Sautreuil et Pilar Margarit Bellver sur le symposium du G.L.E.M, congrès consacré entièrement à l’auriculothérapie et qui s’est déroulé en mai 2014 à Rockville dans le Maryland aux USA. Et si ce n’était pas suffisant, allez à Tarbes en France, lieu du congrès FA.FOR.MEC relaté par Grégory Moudens qui décrit entre autres, la pratique de Bernard Leclerc dans son approche auriculothérapique dans le syndrome douloureux régional complexe. Et ce n’est pas tout, les brèves d’acupuncture vous expliqueront que l'auriculothérapie semble efficace dans l'antalgie, que le médecin de terrain face aux choix thérapeutiques peut l’utiliser avec un bon rapport bénéfice/risque dans l’application aux lombalgies chroniques communes et qu’enfin en gynéco-obstétrique, l’auriculothérapie peut être aussi un bon choix. Bref vous avez compris : ce numéro fait bien la part belle à l’auriculothérapie.

Acupuncture & moxibustion 13-2 (mars à juin 2014)

A Vravrona (Brauron) en Attique, à une trentaine de kilomètres au sud d’Athènes, un sanctuaire a été construit au Ve Siècle avant notre ère (AEC) et dédié à Artémis, qui, dans la mythologie grecque est la déesse de la Chasse et fait partie avec Hécate et Séléné de la Triade Lunaire, associée à la Lune. Dans la mythologie romaine, elle est la déesse Diane avec pour attributs le cerf, la biche (que l’on voit sur cette plaque votive en marbre découverte sur le site), le chien, l'arc, les flèches, la torche, etc. Fille de Zeus et de Léto, dès sa naissance, elle assista sa propre mère à l’accouchement de son frère jumeau Apollon sur l’île de Délos. Ainsi dans certains lieux, elle prend le nom d’Artémis Locheia et est la déesse des accouchements, patronne des sages-femmes. A Ephèse en Turquie, Artémis est la déesse de la fertilité et est représentée comme la mère nourricière allaitant l’humanité par ses nombreux seins gorgés du lait divin. C'est aussi la déesse de la fécondité, des femmes mais surtout des jeunes filles vierges, la protectrice des enfants.

Ainsi, accolé au temple d’Artémis à Brauron, un portique construit en 416 AEC porte l’inscription « Parthénon des Ours » (l’adjectif parthenos signifiant vierge, et un parthénon servait donc à héberger des jeunes filles ou des prêtresses vierges), où, tous les quatre ans avaient lieu les Brauronia, cérémonie où des fillettes célébraient Artémis et pratiquaient des rites, habillées en ourses [1]. De ce fait, au 1er siècle EC, Pline parlait de parthenis, plante médicinale aux nombreuses vertus agissant beaucoup sur le cycle féminin, plante qui est tout simplement le nom ancien de l’armoise ou en latin : artemisia.

Vous lirez qu’à Nîmes, ville du temple de Diane édifié sous Auguste (1er siècle EC), le XXIIIe congrès de l’AFERA a présenté entres autres nombreuses communications relatées par Jacques Covin l’expérience de la moxibustion à l’armoise du point yinbao FO9 au cours de la grossesse. Mais l’armoise n’est pas seulement utilisée en obstétrique, il suffira de lire les brèves de ce numéro et l’article de Robert Hawawini qui nous présente les différents modes d’aiguilles chauffées utilisant le parthenis.

 

La sphygmologie est un élément essentiel du diagnostic chinois basé sur l’interrogatoire, l’analyse des symptômes et l’apparence de la langue entrant dans le cadre clinique qui définit la différenciation des syndromes (bianzheng) de la médecine chinoise. Elle prend son essor dans le Huangdi neijing avec la première description des trois emplacements à chaque poignet et les qualités spécifiques du pouls en fonction de la saison. le Nanjing qui explique la sphygmologie dans les vingt-deux premières difficultés expose une correspondance anatomique différente de celle du Huangdi neijing. A partir de là, deux courants de localisation des loges vont faire école alors que depuis le Maijing 脈經 «Classique des Pouls» écrit par Wang Shuhe 王叔和 au IIIe siècle, la description des vingt-huit pouls pathologiques est devenue consensuelle.

Vous lirez dans cet exemplaire de nombreux articles qui font de la sphygmologie chinoise un axe primordial de diagnostic pour une thérapie de qualité. Commencez peut-être par la recencion du livre d’Eric Marié concernant l’histoire de la sphygmologie des origines au XVIIIe, ainsi que celle d’Augusta Giraud-Sobral qui utilise davantage la sphygmologie dite quantitative. Vous n’oublierez pas d’en voir leur application dans un cas clinique de lombalgie et de Vide de Sang chez une femme enceinte ou dans une étude clinique diagnostique réalisée en maternité à Lille sans oublier celle des pouls qualitatifs dans la maladie de Parkinson. Grâce au travail de recherche de Marc Piquemal et Rodolfo Castellani sur l’analyse spectrale de la sphygmologie des artères radiales par tonométrie d’aplanation, on pourra ainsi se faire une opinion sur l’importance des données actuelles dans la compréhension de la palpation des pouls avec ses douze abords des artères radiales.

Yanagiya Sorei (1906-1959), photographié devant un temple japonais en 1948 est le fondateur de l’école Keiraku chiryo, encore dénommée thérapie méridienne japonaise. Il s’agit d’un mouvement de «retour aux Classiques » par la pratique clinique moderne [1]. La thérapie méridienne qu’il a créée et développée au Japon à la fin des années 1920, s'appuie sur le Huangdi neijing (dont vous découvrez dans ce numéro le Lingshu 1.1 traduit et analysé par Ernesto Nastari-Micheli, ainsi que la recension de son ouvrage) mais surtout sur le Nanjing, le Classique des difficultés. Elle a pour but de diagnostiquer une atteinte des Cinq Phases (Terre, Métal, Eau, Bois et Feu) grâce à la sphygmologie et le diagnostic abdominal (hara). La palpation des pouls au niveau des six loges du poignet correspondant aux douze méridiens principaux est essentielle au diagnostic. L'objectif est la régulation du qi dans le Méridien atteint.

La sphygmologie du Keirakuchiryo est comme pour celle de George Soulié de Morant décrite plus tardivement dans ses ouvrages [2,3], un élément central du diagnostic, « base unique de la thérapeutique [4]» qui a pour but fondamental de rééquilibrer les pouls. La puncture superficielle des points recherchés par une palpation soigneuse et précise avec des aiguilles guidées très fines permet ensuite le traitement du déséquilibre de la « racine » qui doit précéder le traitement de la « brindille » symptomatique. On doit même en cours et fin de séance objectiver le changement dans la palpation du pouls ou dans le hara. Il faut noter que l’examen de la langue ne fait pas partie des éléments de diagnostic, comme dans la médecine chinoise et que la palpation à la recherche du point d’acupuncture revêt une importance considérable, car celui-ci peut avoir une situation variable [5]. La technique des quatre aiguilles autorise la régulation « énergétique » par l'utilisation du cycle de domination (ke) et celui d’engendrement (sheng), en fonction de la règle Mère-Fils selon la 69difficulté du Nanjing. Soit on tonifie, soit on disperse un élément selon la Loi des Cinq Eléments [6,7]. Une autre possibilité de traitement est juste d’utiliser le point Source du Méridien en déficience. Après l’insertion de l’aiguille, l’acupuncteur vérifie le pouls pour observer un éventuel changement positif. Si la réponse est inadéquate, on puncture le point de tonification ou on revient à la technique des quatre aiguilles.

Il est indéniable comme le fait remarquer Johan Nguyen [3] et dont vous lirez la recension de son ouvrage en fin de revue, qu’il existe de nombreuses similitudes entre l’acuponcture française de Soulié de Morant et l’acupuncture japonaise du Keiraku chiryo. D’ailleurs, il est à noter que Yanagiya Sorei fut reçu en France par le Dr André Duron, membre de l’Association Scientifique des Médecins Acupuncteurs de France (ASMAF), émanation des élèves de Soulié de Morant. Il a observé de ce fait la pratique européenne de l’acupuncture et écrivait d’ailleurs : « En Europe, j’ai remarqué une tendance à vouloir voir dans l’acupuncture et la moxibustion quelque chose de mystique. Mais en réalité elles n’ont aucun rapport avec un mysticisme. L’aspect parfois mystérieux de ces disciplines vient de ce que l’être «  vivant » qu’est l’homme auquel elles sont appliquées, est encore loin d’être dépourvu de tout mystère. Ainsi ces disciplines elles-mêmes qui n’ont rien de mystérieux en leur essence peuvent et doivent être l’objet d’études proprement scientifiques.»[5]. Tout un programme qui peut expliquer notre dualité et penser que la Tradition permet à la Modernité de se construire !

Ce panorama du cirque accidenté de Mafate est une invitation à la randonnée jusqu’au sommet du Grand Bénare à 2896m d’altitude. Peut-être cela peut-il vous inciter à vous demander comment se soigne-t-on dans ces minuscules cases isolées dont le toit blanc brille çà et là, et, plus spécifiquement quelles sont les particularités des consultations d’acupuncture sur l’île de La Réunion. Vous lirez de ce fait, avec attention l’étude anthropologique de Laurent Secherre, Fatmah Timol et coll. qui répondent tout à fait à ces questions. Et pourquoi ne pas prolonger l’été, en vous évadant en Chine, plus précisément à Kunming dans le Yunnan où Gilles Andrès, Président de l’AFA, nous fait part de l’ouverture du « Musée de la Médecine Chinoise en Occident » dont l’inauguration a été réalisée par Patrick Sautreuil, Président de l’ASMAF. On peut s’étonner avec lui, que le développement en France de l’acupuncture obstétricale fasse l’objet en Chine d’une grande réserve. Et pourtant, leur réticence ne manquerait pas d’être levée en voyant la qualité des essais cliniques réalisés par les sages-femmes acupunctrices en fin d’étude de DIU d’acupuncture obstétricale [1,2] et que vous pouvez encore lire dans cette parution.

Vous pouvez aussi découvrir le reportage des médecins acupuncteurs de l'ASOFORMEC en visite à l’hôpital populaire de Tunxi. Ils ont été les vedettes de la télévision locale mais aussi de deux quotidiens régionaux tout en apprenant l’intérêt de la moxibustion chinoise, différente à bien des égards de la japonaise (lisez, pour vous en faire une idée, la recension de l’ouvrage de Felip Caudet Piñana : « une introduction à la moxibustion japonaise »). Voyagez et instruisez vous encore en découvrant tous les autres articles de ce numéro estival. Bref l’été se poursuit ...

 

 

L’acupuncture prend une place de plus en plus prépondérante dans tous les maux accompagnant la grossesse pour lesquels, par manque de molécules thérapeutiques sûres et sans effets notoires chez la femme et l’enfant à naître, la médecine occidentale baisse les bras. Dans ce premier numéro de l’année 2013, on pourra ainsi apprécier l’utilisation de l’acupuncture dans l’hypogalactie et l’asthénie du post-partum ; le témoignage d’Annabelle Pelletier Lambert à propos du respect au bon usage des points interdits durant la grossesse, selon le regretté Christian Rempp ; et une nouvelle rubrique présentant trois mémoires de DIU d’acupuncture obstétricale soutenus à Lille. L’acupuncture peut-elle ainsi mettre en route le travail lors de la rupture prématurée des membranes ou inversement agir par tocolyse dans la menace d’accouchement prématuré ?

Il est appréciable aussi de savoir que l’acupuncture maniée par des mains expertes, présente très peu d’effets secondaires mais à la seule condition que la formation initiale en acupuncture soit réalisée correctement. On comprendra donc toute l’importance de la formation universitaire des sages-femmes par la mise en place du DIU d’acupuncture obstétricale dès 2008 et de celle des médecins par la Capacité.

Au sein du sanctuaire Bagh Bhairava à Kirtipur dans la vallée de Katmandou au Népal, l’accomplissement de la puja, offrande rituelle des Népalais aux divinités est un acte quotidien et habituel. Ainsi devant cette statuette de la Dharti Mata, Déesse Mère, Déesse de la fertilité hindoue, les femmes apportent sur un plateau leurs offrandes contenant grains de riz, pétales de fleurs, poudre rouge. Les mains jointes devant leur poitrine, elles oignent ensuite la statuette qui disparait derrière la mince couche de pâte vermillon faite de ces fleurs mélangées avec de l'eau ou de l'huile de moutarde. Elles font brûler l’encens, se marquent sur le front de la tika, un point rouge symbolisant l'œil de la sagesse et quittent le sanctuaire en faisant sonner les cloches accrochées au pourtour de l’enceinte sacrée, comme pour attirer la déesse honorée. Dans l'hindouisme, à l’origine, la Mère de toute la création est appelée « Gayatri ». L'un des textes sacrés dit : « Le Gayatri est Brahma, Gayatri est Vishnou, Gayatri est Shiva, le Gayatri est Védas ». Gayatri en vint plus tard à être personnifié comme une déesse. Le Rigvedanomme la puissance féminine Mahimata, terme traduit par « Terre Mère ». Mais de nos jours, la Déesse Mère Devi a de multiples formes, multiples divinités indiennes considérées comme des facettes de la mère universelle. Devi, la Femme Divine est conçue comme précédant tous les dieux dont la Trimūrti (Brahmâ, Vishnou et Shiva) dont on observe ici les trois sculptures entourant Dharti Mata, comme veillant à la naissance de l’enfant expulsé de la matrice et logé entre ses deux jambes [1]. Les Népalaises ne manquent pas de venir prier Dharti Mata, l’implorant pour être plus fertile ou les soulager de problèmes inhérents à la grossesse, comme par exemple les douleurs lombo-pelviennes de la grossesse que Nicolian et al. traitent par acupuncture et dont vous lirez dans ce numéro les résultats de l’étude préliminaire.