Acupuncture et assistance médicale à la procréation. Congrès de l’ABMA (association belge des médecins acupuncteurs). Bruxelles-Diegem. 22 Octobre 2011.

L’utilisation de l’acupuncture dans l’assistance médicale à la procréation (AMP), surtout dans la fécondation in vitro (FIV) devient de plus en plus fréquente, bien que son rôle dans l’infertilité soit encore débattu. Les facteurs étiologiques des stérilités seront tout d’abord étudiés, puis les différentes techniques de l’AMP, enfin la séquence thérapeutique et les résultats de la FIV. La stérilité selon la Médecine Traditionnelle Chinoise sera abordée selon la différenciation des syndromes (zheng). Un traitement appliqué à chaque zheng sera donné en fonction des données de la sphygmologie et de l’examen de langue. La régulation de l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien, l’action sur le système nerveux sympathique et le flux sanguin ovarien sont quelques-uns des mécanismes physiopathologiques de l’acupuncture dans l’infertilité qui permettront de comprendre son action lors d’une dysfonction ovarienne. L’action sur le flux vasculaire utérin, le stress, les catécholamines, l’inhibition de la motilité utérine etc. sont d’autres mécanismes intervenant lors de la FIV avant et après transfert embryonnaire. 

Suite à la première publication allemande de Paulus sur l’influence de l’acupuncture dans la FIV parue en 2002 et qui objectivait une grossesse obtenue dans 42,5% du groupe acupuncture versus 26,3% dans le groupe contrôle, de très nombreux essais contrôlés randomisés ont étudié la possibilité d’augmenter le taux d’implantation embryonnaire lorsque les séances encadrent de 25mn le transfert embryonnaire.

Les résultats sont souvent contradictoires. Sept méta-analyses et revues sont parues depuis la première de Manheimer qui incluait 1366 patientes et qui montrait que le recours aux aiguilles augmentait les chances de tomber enceinte de 65% % (odds ratio de 1,65 ; intervalle de confiance à 95 % - 1,27 à 2,14 ; nombre de sujets à traiter : 10 -7 à 17). Leurs analyses permettront d’établir des protocoles pour toutes les femmes infertiles à appliquer selon les zheng, mais aussi selon le temps optimum pour la séance d’acupuncture, sans oublier la possibilité de traiter également par acupuncture le conjoint souffrant d’une éventuelle infertilité.