Index de l'article

 A propos des troncs célestes et des branches terrestres : réflexions sur les rythmes biologiques, la chronopathologie et les prévisions météorologiques selon les conceptions chinoises  - 2e partie : Climatologie et Chronopathologie

 

Résumé : La base de la Médecine Traditionnelle Chinoise s'appuie sur le concept du Temps et de ses rythmes. Les Branches Terrestres (di zhi) et les Troncs Célestes (tian gan), à l'origine du cycle sexagésimal, permettent d'expliquer les grands mouvements énergétiques, de concevoir un système de prévisions météorologiques, et de prévoir l'émergence d'une éventuelle chronopathologie. Après avoir vu dans la première partie la définition des rythmes biologiques selon les conceptions occidentales puis une étude bibliographique de la chronopathologie circadienne et circannuelle, l'union des «tian gan» et des «di zhi » est analysée dans le but d'établir un protocole d'aide efficace à la détection des événements climatologiques et chronopathologiques intervenant durant le cycle sexagésimal. Cette seconde partie, consacré à la confrontation des climats de la Chine et de la France, fait accéder dans une certaine mesure à la saisie des conditions d'application de la chronopathologie issue du Neijing Suwen. On calculera les conditions climatiques d'une année du cycle sexagésimal, puis la description météorologique des années 1987 à 1992 en fonction des données chinoises, enfin les corrélations entre les prévisions chinoises et les relevés météorologiques fournis par Météo France. Mots-clés : Chrono-acupuncture - branches terrestres - di zhi - troncs célestes - tian gan - rythmes biologiques – chronopathologie – épidémiologie - prévisions météorologiques – climatologie – saisons – humidité.

 Summary : The basis of traditional chinese medicine depends on the concept of time and its rythms. The terrestrial branches (di zhi) and the celestial trunks (tian gan), at the beginning of the sexagesimal cycle allow the possibility of explaining great energy movements, of conceiving a system of meterorological forecasting and of predicting the emergence of an eventual chronopathology. Following a definition of the biological rythms according to western ideas, and then a bibliographic study of circadian and circannual chronopathology, the author carries out a study of the union of the tian gan and the di zhi with the object of establishing a protocol of an effective means for detecting climatological and chronopathological changes taking place during the sexagesimal cycle. This part, dealing with a comparison the climates of China and France, to a certain extent gives an idea of understanding the conditions for making use choronopathology such as it derives from the Neijing Suwen. We ‘ll calculate climatological description of the years from 1987 to 1992, according to chinese data, and finally come the correlations between the chinese predictions and the meteorological records provided by Meteo France. Key-words : chrono-acupuncture - terrestrial branches - di zhi, celestial trunks – tian gan - biological rythms – chronopathology – epidemiology - meteorological predictions – seasons – humidity – climatology.

 

Etude comparée des climats de la Chine et de la France

 

Peut-on utiliser en France la Médecine Traditionnelle Chinoise qui fait intervenir les Troncs Célestes et les Branches Terrestres aussi bien dans le calcul du calendrier que dans les prévisions météorologiques chinoises?

Quelle confiance devons-nous accorder à toute cette chronopathologie induite directement par des conditions climatiques qui se réfèrent à celles de la Chine et dont pourtant nous appliquons les données dans les pays européens?

A ces questions, il n'est possible d'y répondre qu'en comparant les deux pays. Tout d'abord, il importe de limiter notre propos de façon géographi­que.

En effet, il faut savoir que le berceau de la Médecine Traditionnelle Chinoise mais aussi celui de la Philosophie (Taoïsme, Confucianisme) [59] se situe dans la région des cours moyen et inférieur du Fleuve Jaune [71], de la région de Zhengzhou dans la province du Hénan à celle de Jinan ou de Qingdao dans la province du Shandong.

Ceci fut confirmé par la découverte archéologique à Anyang, site d'une des capitales de la dynastie Shang (XVII-XIème siècle av. JC), dans le Nord du Hénan, d'os et d'écailles de tortues, sur lesquels étaient gravés des oracles et des croyances religieuses. Ainsi à cette lointaine époque, le temps était déjà conçu comme cyclique sur des périodes de 60 jours, mois ou années [59].


 

Figure 1. Plastron d'une tortue. Epoque Shang 17e avant JC.