Index de l'article

L’acupuncture réduit le lymphœdème du bras secondaire au traitement du cancer du sein

 

Les traitements actuels du lymphœdème secondaire aux thérapeutiques du cancer du sein sont coûteux et nécessitent une intervention au long cours. Cela affecte approximativement aux USA 800 000 femmes atteintes de cancer du sein. Le traitement de référence selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé est la thérapie de décongestion complète, un programme en deux phases comprenant une phase de réduction et une phase de maintien. Dans la phase de réduction de volume, le patient reçoit un traitement, idéalement cinq jours par semaine grâce à une pression maximale tolérable par la mise en place de bandes sèches à allongement court ou inélastiques et des dispositifs de capitonnage. En fonction de la réponse au traitement, ce qui peut prendre deux à huit semaines, on passe à la phase de maintien : il s’agit d’un traitement au long cours avec réévaluation régulière du rapport bénéfices/risques. On utilise des manchons de 15 à 20, 20 à 36 ou > 36 mm Hg avec une pression maximale tolérée. Il est possible aussi de réaliser le drainage lymphatique en complément. Bien que ce traitement soit considéré comme la thérapie « gold standard », il semble qu’il y ait encore de la place pour des thérapies complémentaires. En effet son efficacité est loin d’être à 100%, sans compter que ces soins sont intensifs et contraignants.

 L’expérience clinique et les résultats préliminaires publiés suggèrent que l’acupuncture est sûre et potentiellement utile. Cette nouvelle étude préliminaire évalue l’innocuité et l’efficacité potentielle de l’acupuncture sur la circonférence du membre supérieur chez les femmes atteintes de lymphoedème. Des femmes ayant un diagnostic clinique de lymphœdème secondaire au cancer du sein depuis une période comprise entre six mois à cinq ans et avec une circonférence du bras atteint ≥ 2 cm par rapport au bras non atteint ont reçu de l’acupuncture. Le traitement était appliqué deux fois par semaine pendant quatre semaines. Les circonférences des bras affectés et non affectés ont été mesurés avant et après chaque traitement. Le critère de jugement est défini comme satisfaisant si la réduction a une différence de circonférence entre les bras touchés et non atteints supérieure ou égale à 30%. Un suivi mensuel par appel téléphonique durant six mois a été réalisé pour documenter les complications et l’état du lymphœdème.

Cette étude a inclus 37 patientes (33 ont été évaluées, 4 sont perdues de vues en raison de contraintes de temps). La réduction moyenne de la différence de circonférence entre les bras était de 0,90 cm (IC à 95% = 0,72 à 1,07 p<0,0005). Les points utilisés durant les sessions de 30 mn : TR14, GI15, PO5, VC12, VC3, GI4, ES36, RA6. Onze patientes (33%) présentaient une réduction de ≥ 30% après le traitement d’acupuncture. 70% des patientes ont bénéficié de tous les traitements, 21% ont manqué un traitement, et une autre patiente deux traitements. Au cours de la période de traitement, 14 des 33 patientes ont signalé des effets secondaires mineurs incluant des légères ecchymoses ou des douleurs à type de picotements. Il n’y a pas eu d’effets indésirables graves. Aucune infection ou exacerbation grave après deux-cent-cinquante-cinq séances de traitement et six mois de suivi. En conclusion, l’acupuncture dans le lymphœdème semble sûre et peut réduire le volume du bras. Bien que ces résultats attendent une confirmation par un essai contrôlé randomisé, on peut dès à présent envisager l’acupuncture pour les femmes qui n’ont pas d’autres options.

Cassileth BR, Van Zee KJ, Yeung KS, Coleton MI, Cohen S, Chan YH, Vickers AJ, Sjoberg DD, Hudis CA. Acupuncture in the treatment of upper-limb lymphedema : Results of a pilot study. Cancer. 2013 Jul 1 ;119(13):2455-61