Index de l'article

Les bienfaits de l’acupuncture chez des patients atteints de cancer du poumon

 

Radiographie thoracique objectivant une opacité hilaire gauche mal limitée. Présence d’une atélectasie du lobe supérieure gauche.

Trente-trois patients (17 femmes et 16 hommes, d’âge moyen de 62 ans) d’un centre de cancer du poumon à Montréal ont participé à une étude entre août 2010 et mai 2011. Parmi eux, trente étaient atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules et trois d’un cancer du poumon à petites cellules. Vingt-trois patients (73%) avaient un cancer à un stade avancé. Parmi ces 23 patients, 67% avaient reçu un traitement anticancéreux (chimiothérapie ou radiothérapie, ou les deux) avec acupuncture. Parmi les dix patients restants, huit ont reçu l'acupuncture après résection chirurgicale complète de la tumeur, et deux, en raison de leur âge avancé, ont reçu l'acupuncture et des soins de soutien renforcés. La sévérité des symptômes a été évaluée selon le système ESAS (Edmonton Symptom Severity Assessment System).

Tous les patients avaient reçu au moins quatre séances d’acupuncture de 45 minutes, au rythme de 1 à 2 fois/semaine. Le nombre moyen de séances était de sept. Les points utilisés ont été : GI4, F3, E36, RP6, P7 et trois points auriculaires (shenmen, subcortex et zéro). Les aiguilles ont été appliquées à une profondeur de 1 à 2,5 cm jusqu'à obtention d’une sensation de deqi.

Les résultats ont montré des améliorations statistiquement significatives pour la douleur, l'appétit, les nausées, la nervosité et le bien-être. Une amélioration clinique importante (deux points ESAS) a été signalée par 61% des patients pour la douleur et par 33% des patients pour le bien-être. Une corrélation positive significative entre l'amélioration du bien-être et le nombre de séances d'acupuncture a été observée.

 Kasymjanova G, Grossman M, Tran T, Jagoe RT, Cohen V, Pepe C, Small D, Agulnik J. The potential role for acupuncture in treating symptoms in patients with lung cancer: an observational longitudinal study. Curr Oncol. 2013;20(3):152-7.