Index de l'article

  

Dans la gonarthrose, l’acupuncture a une action spécifique sur la mobilité du genou mais pas sur la gonalgie 

 

Les principales manifestations cliniques de la gonarthrose sont la douleur et la raideur articulaire.  Dans de nombreux essais contrôlés randomisés, l’acupuncture a montré son efficacité. Cependant, la controverse persiste dans la communauté scientifique : les effets observés sont-ils spécifiques de l’acupuncture ou sont-ils simplement en rapport avec une puncture non spécifique ? Par conséquent, l’objectif de cette étude contrôlée randomisée croisée en double aveugle a été de déterminer l’efficacité de différentes modalités de traitement d’acupuncture en appliquant une nouvelle conception de la mise en double aveugle à la fois du patient et de l’acupuncteur. Les auteurs ont donc comparé trois modalités différentes d’acupuncture dans un essai prospectif multicentrique (Allemagne, USA, Portugal) contrôlé randomisé en double insu immédiatement après le traitement, puis à sept jours.

Cent seize patients âgés de 35 à 82 ans souffrant de gonarthrose (critères diagnostiques de l'American College of Rheumatology) ont été recrutés. Les patients ont été autorisés à poursuivre leur médication régulière, y compris les AINS ou les inhibiteurs de COX2 tout en participant à l'étude, mais les changements de médication et de dosage n’étaient pas autorisés.

Dans cet essai croisé (en « cross-over » où le patient est son propre témoin, chaque patient a reçu les trois modalités d’acupuncture (a, b, c) dans un ordre aléatoire : sham acupuncture (a) utilisant des points hors du trajet des méridiens ; acupuncture moderne (b) utilisant les points ES36, ES34, xiyan, RA9, RA10, RA6, VB34, GI4, plus ou moins trois autres points ashi, FO3 et ES40 ; et acupuncture classique (c) s’appuyant sur l’examen de la langue et la sphygmologie (c). Parmi les 116 patients inclus, 40 ont reçu en premier (c) puis (a)/(b) ; 37 ont reçu en premier (b) puis (c)/(a) ; 39 ont reçu en premier (a) puis (c)/(b).

L’évaluation des résultats se fait sur la souplesse du genou et de la variation de la gonalgie en fonction du score WOMAC. Le succès du traitement a été défini par l’amélioration de la flexion du genou de 10 degrés ou plus ou une réduction du score de douleur au score WOMAC de 50% ou plus. Les résultats objectivent que la souplesse du genou est plus élevée (figure 3) de manière statistiquement significative après traitement par acupuncture chinoise classique (10,3 degrés, IC 95% : 8,9 à 11,7) par rapport au traitement par acupuncture moderne (4,7 degrés ; IC95% : 3,6 à 5,8) et surtout par rapport au traitement placebo (0,3 degrés).


Par contre, toutes les méthodes améliorent les algies : amélioration de plus de 50% quel que soit le groupe d’acupuncture avec un taux d’amélioration de 48% dans le groupe sham, 64% dans le groupe acupuncture moderne et 73% dans celui de l’acupuncture classique. 

 

Figure 3. Immédiatement après le traitement, amélioration de la flexion du genou de 10,3 degrés, IC 95% : 8,9 à 11,7) par rapport au traitement par acupuncture moderne (4,7 degrés ; IC95% : 3,6 à 5,8) et surtout par rapport au traitement placebo (0,3 degrés).

En conclusion, cette étude qui établit une nouvelle conception des ECR d’acupuncture en double insu, suggère un effet spécifique de l’acupuncture dans la mobilité du genou et des effets à la fois non spécifiques et spécifiques de l’acupuncture dans la gonalgie.

Karner M, Brazkiewicz F, Remppis A, Fischer J, Gerlach O, Stremmel W, Subramanian SV, Greten HJ. Objectifying Specific and Nonspecific Effects of Acupuncture : A Double-Blinded Randomised Trial in Osteoarthritis of the Knee. Evid Based Complement Alternat Med 2013;2013:427265. doi: 10.1155/2013/427265. Epub 2013 Jan 10.